ACTUALITÉS À LA UNE

Chers confrères,

Demain, mercredi 20 mars, nous participerons avec vos barreaux à une série d’actions et de manifestations initiées par les magistrats, sous le thème « l’Etat de droit, j’y crois ! ».

L’Etat de droit, c’est l’Ordre à l’intérieur duquel un peuple reconnait ses limites. C’est l’une des valeurs fondamentales communes aux Etats-membres de l’Union européenne, telles que reprises à l’article 2 du Traité.

L’on constate qu’un peu partout, cet Etat de droit est menacé. Nous ne pouvons pas ne pas réagir : les avocats sont les garants de ce principe que nous devons promouvoir, dans l’intérêt des justiciables.

Une justice indépendante et efficace est une condition essentielle de la démocratie et de l’Etat de droit. Elle est un outil indispensable à la cohésion sociale et à l’équilibre des institutions.

Depuis trop longtemps, elle est dans l’impossibilité de remplir ses missions fondamentales au bénéficie des citoyennes et des citoyens.

Plusieurs organisations participeront à cette journée d’action que nous soutenons : l'Association syndicale des magistrats, l'Union Professionnelle de la Magistrature, le Conseil consultatif de la magistrature, l’Association royale des Juges de Paix et de Police, le Collège des cours et tribunaux, le Collège du ministère public, la Ligue des Droits Humains, Liga voor Mensenrechten, le Syndicat des Avocats pour la Démocratie, la Plateforme Justice Pour Tous, Nederlandstalige Vereniging van Magistraten et Magistratuur & Maatschappij.

Le 20 mars à 11h30, les audiences seront suspendues et des rassemblements auront lieu dans les palais de justice. Différentes manifestations seront organisées dans les arrondissements judiciaires.

Nous comptons sur votre participation effective et solidaire à ce mouvement afin de sensibiliser au mieux nos élus et d’inviter le futur gouvernement à investir davantage dans la justice.

Votre dévoué,


Jean-Pierre Buyle,
Président d'AVOCATS.BE.
https://jeanpierre-buyle.avocats.be

Depuis 2015, le 20 mars est devenu la « journée de la justice ». Cette année encore, les acteurs du monde judiciaire (magistrats, avocats, greffiers, personnel administratif) ainsi que tous les citoyens concernés, sont invités à faire entendre leurs voix en se rassemblant devant les palais de justice de chaque arrondissement.

En 2019, 66 jours séparent la journée de mobilisation, des élections fédérales du 26 mai. Décidés à placer le refinancement de la justice parmi les priorités du prochain gouvernement, les associations de magistrats du pays (l’Union professionnelle de la magistrature, l’Association syndicale des magistrats, l’Union royale des juges de paix et de police, de Nederlandstalige Vereniging van Magistraten, Magistratuur en Maatschappij) en partenariat avec AVOCATS.BE et les différents barreaux, ainsi que le Syndicat des avocats pour la démocratie, la Plateforme Justice Pour Tous, et la Ligue des droits humains, lancent une campagne intitulée « 66 jours pour sauver la justice ».

Le slogan choisi pour la campagne est « l’Etat de droit, j’y crois ! », afin d’attirer l’attention sur une des revendications principales du monde judiciaire, à savoir le respect de la loi sur les cadres et un financement adéquat de l’Ordre judiciaire, ainsi que la nécessité d’un accès effectif à la justice pour tous les citoyens.

Le 20 mars 2019, les audiences seront suspendues à 11h30 et les participants sont invités à se rassembler devant les palais, pour y affirmer leur volonté de changement. Différents événements symboliques, tels des « marches pour la justice », seront organisées dans certains arrondissements. Un cahier de revendications communes à l’ensemble du monde judiciaire sera également dévoilé à cette occasion.

Mais la mobilisation ne s’arrêtera pas le 20 mars ! Ce doit être le point de départ d’une grande campagne, couvrant la période de 2 mois qui nous séparent des élections fédérales, régionales et européennes. L’ambition est d’organiser, au cours de ces quelques semaines, des événements aux quatre coins du pays, pour sensibiliser les citoyens à cette question et interpeller les différents partis au sujet de leurs programmes en matière de justice. Et, comptez sur nous, nous serons vigilants quant à la faisabilité des promesses et la concrétisation des paroles en actes (et en budgets !).

Les acteurs de la plateforme « 66 jours » vous convient à une conférence de presse au cours de laquelle ils vous exposeront plus précisément les motifs de leur action, leurs revendications ainsi que quelques-uns des événements actuellement prévus dans le cadre de la campagne de sensibilisation.

Cette conférence de presse se tiendra ce lundi 18 mars à 17 heures dans les locaux du Conseil Consultatif de la Magistrature (bâtiment Thémis, boulevard de Waterloo, 70, au 7ème étage, 1000 Bruxelles).

Informations supplémentaires : www.66jours.be

Vendredi dernier était célébrée la journée internationale de lutte pour les droits des femmes ; trois jours plus tard, le lundi 11 mars, une avocate iranienne militante et féministe, Nasrin Sotoudeh, a été condamnée à 33 ans de prison et à 148 coups de fouet sur la base de sept chefs d’accusation. Âgée de 55 ans, Nasrin Sotoudeh a été arrêtée en juin 2018 ; elle avait déjà passé trois ans en prison, entre 2010 et 2013, pour « action contre la sécurité nationale » et « propagande contre le régime ». Elle est notamment condamnée aujourd’hui pour avoir défendu des journalistes, des activistes et des opposant.e.s arrêté.e.s lors des grandes manifestations de 2009 contre la réélection (contestée) de l’ex-président ultraconservateur Mahmoud Ahmadinejad. Avant son arrestation, elle avait notamment pris la défense de plusieurs femmes arrêtées pour avoir enlevé leur voile en public afin de protester contre le port obligatoire du voile depuis la Révolution islamique de 1979.

Fem&L.A.W. est scandalisée d’apprendre que cette avocate a été arrêtée et condamnée pour avoir fait son travail et pour son engagement en faveur des droits humains et des droits des femmes. Nous réclamons l’annulation de cette condamnation abjecte, ainsi que la libération immédiate et sans conditions de Nasrin Sotoudeh.

Une manifestation en soutien à Nasrin Sotoudeh aura lieu ce jeudi 14 mars à 18h, devant l’ambassade d’Iran (avenue Franklin Roosevelt, 15 à Ixelles).

Aujourd’hui, 8 mars, saluons toutes celles et tous ceux qui se battent pour améliorer le statut et la situation des femmes. Le chemin est encore long et périlleux. Il doit être emprunté prioritairement.

Le barreau ne doit pas faire exception.

La Tribune du 7 mars 2019.