ACTUALITÉS À LA UNE

Finances, santé, emploi, quel impact a eu le coronavirus sur la situation des membres du barreau ?

La Tribune du 21 janvier 2021.

La Tribune du 7 janvier 2021

Le confinement a révélé l’importance de la technologie pour garder le lien entre l’avocat et ses interlocuteurs. Initiée par AVOCATS.BE, l’Académie digitale des avocats les accompagne dans leur transformation numérique dans le cadre de la stratégie Digital Wallonia.

La pandémie a mis à jour la fragilité de nos organisations, les limites de la mondialisation, l’importance de la technologie et bien plus encore l’importance de l’humain et du lien.

Le monde judiciaire est aussi concerné. Les cabinets en cours de transformation numérique s’en sortent mieux pour maintenir le contact. L'aide apportée par les outils numériques optimise les collaborations avec les clients, les confrères et les autres acteurs du Droit. A contrario, la Justice, empêtrée dans son ancien modèle, souffre.

Académie digitale des avocats Digital Wallonia Avocats.be

Accompagner la transformation numérique des avocats

Cette prise de conscience est une opportunité à saisir de toute urgence. Mais par où commencer ?

Même si cette évolution est évidente, la plupart des avocats ne sont pas préparés à intégrer un monde digitalisé. La majorité des facultés de Droit, des barreaux et des cabinets d'avocats tardent à s'adapter à ces circonstances changeantes. En général, le droit est toujours enseigné et pratiqué de la même manière qu'il y a 40 ans. Dans le même temps, de multiples initiatives sont mises en place par de véritables innovateurs et des pionniers ; il faut encore les trouver.

C’est dans ce contexte qu'AVOCATS.BE, l'ordre des barreaux francophones et germanophone de Belgique, a mis en place un programme d'accompagnement à la transformation numérique des cabinets : l'Académie digitale des avocats.

Cette initiative est soutenue dans le cadre de la stratégie numérique wallonne, Digital Wallonia.

Les activités de l'Académie digitale des avocats

Lancée en juin 2019, l'Académie digitale des avocats a été créée suite à une étude sur la faisabilité d'exercer le métier d'avocat en coworking. Cette réflexion portait à la fois sur l’organisation des espaces et sur la manière d'y travailler. Ce travail a rapidement mis en évidence la nécessité d'organiser un accompagnement spécifique à la transformation numérique du métier d'avocat.

Depuis, la machine s'est accélérée :

  • 2019 : 225 avocats ont été sensibilisés au paperless et à la gestion du cabinet lors de l'Université d'été d'AVOCATS.BE et dans les barreaux de Tournai, Mons, Liège, Charleroi, Nivelles, Libramont, Namur-Dinant et Verviers.
  • 2020 : l'Académie digitale des avocats s'est réinventée. Jusqu'ici, 78 avocats ont participé aux 5 webinaires organisés sur l'apport et l'usage du numérique pendant les deux confinements.

Et en 2021 ? 4 séances de formation seront proposées au cours du 1er trimestre sur la gestion de projet et la gestion de la relation client dans les grands barreaux wallons. Plus d'infos à venir sur www.digitalwallonia.be, le site de formation d’AVOCATS.BE et www.reshape.legal.

En complément à cette offre de formation, le chèque entreprise de maturité numérique permet aux cabinets wallons de couvrir jusqu’à 75% des frais de consultance (HTVA) liés à une analyse personnalisée du processus de digitalisation. Pour optimiser cette démarche, l'Académie digitale des avocats a formé des consultants informatiques agréés aux enjeux et spécificités du métier d'avocat.

Un nouveau monde, de nouveaux services juridiques

Pas encore convaincu(e)? La transformation numérique des cabinets d'avocats est pourtant inéluctable.

Dans un monde nouveau, les avocats ont besoin de nouvelles compétences. Le Forum économique mondial a publié une liste des dix compétences incontournables nécessaires pour se développer dans la quatrième révolution industrielle. Ces 5 dernières années, 35 % de ces compétences ont changé. La créativité, l'intelligence émotionnelle, l'initiative et l'idéation sont aujourd'hui indispensables.

Les avocats innovants obtiennent un avantage concurrentiel par rapport à leurs pairs. L'interprétation et l'application de la loi sont des conditions préalables pour débuter en tant que juriste. Pour se différencier, deux clés : l'innovation et l'adaptation au contexte et au mode de vie de ses interlocuteurs.

Les véritables concurrents des avocats ne sont plus leurs confrères, mais les prestataires de services juridiques alternatifs. Les clients ont besoin de solutions efficaces pour un large éventail de travaux juridiques; peu importe si elles sont offertes par des (non-)avocats. C'est le cas des LegalTech. Ces innovateurs fournissent déjà des services juridiques de qualité, plus rapidement et à moindre coût qu'un cabinet juridique traditionnel.

Pour réussir, les avocats doivent être prêts à apprendre de ces innovateurs. Ils disposent d’atouts considérables : indépendance, secret professionnel, déontologie et éthique particulière. Toutefois, ces atouts ne suffiront pas à combler les nouvelles attentes des clients si l’avocat n’évolue pas.

La prolifération de nouvelles lois conduit à des conseils juridiques de plus en plus complexes. Or, nul n'est censé ignorer la loi... Une simple interprétation de la loi au moment où le problème se pose ne suffit plus.

Les clients veulent être conseillés pro-activement et recevoir un contenu exploitable, compréhensible et axé sur les affaires. Pour y répondre, le juriste doit développer de nouvelles compétences en matière d’écoute, de pédagogie, de bienveillance.

Le juriste augmenté par la technologie (et non remplacé par elle) va investir dans ces nouvelles attitudes. Il va devenir :

  • pédagogue du droit pour traduire des textes compliqués en solutions adéquates et personnalisées;
  • facilitateur pour aider à résoudre les conflits de manière amiable;
  • innovateur pour pousser son client à voir ses problématiques sous un autre angle;
  • défenseur des droits éthiques pour rappeler l’essence et le sens des besoins fondamentaux;
  • architecte de solutions en réunissant autour de la table des experts de différents horizons.

Last but not least : les clients attendent plus pour moins. La diminution des budgets des services juridiques met la pression sur les conseils juridiques.

Convaincu(e) cette fois? Rendez-vous dans les prochaines sessions de formation de l'Académie digitale des avocats.

 

La Tribune du 17 décembre 2020